A2 Groupe

Dans quels cas rénover la façade d'un bâtiment ?

Dans quels cas rénover la façade d'un bâtiment ?

Publiée le mardi 28 juin 2022

La rénovation s’impose dès lors que la façade manifeste des dommages importants. Comment faire la différence entre une dégradation superficielle et un désordre sous-jacent menaçant la durabilité du bâti ? Le diagnostic réalisé par un professionnel permet d'identifier l'origine du problème. Après réparation et sur un bâtiment sain, il est possible de mettre en place un nouveau parement plus esthétique ou un bardage plus performant.

 

Dégradations d'ordre esthétique sur la façade d’un bâtiment

 

Certaines dégradations esthétiques superficielles peuvent être corrigées pour redonner de l'éclat à la façade. D’autres signalent un mal plus profond pouvant motiver une véritable action de rénovation.

 

Pollution urbaine et biologique

 

La pollution atmosphérique laisse des traces visibles sur les façades des bâtiments. On le constate plus particulièrement à proximité des voies routières très fréquentées ou aux abords de sites industriels. L’encrassement est notamment visible au niveau des ouvertures ou lorsque l'encadrement présente des moulures.

 

L'humidité ambiante accentue le phénomène qui n'affecte pas toutes les façades de la même manière. Ainsi, une façade en pierre calcaire sera plus impactée par ces paramètres qu’un bardage métallique, relativement plus résistant et surtout plus facile à nettoyer.

 

La pollution biologique, ce sont les lichens, les moisissures ou encore les algues qui peuvent se former sur la façade du bâtiment. Ces organismes apprécient les milieux humides et toute sorte de revêtements. Les tâches sont inesthétiques et témoignent d'un défaut de gestion de l’humidité qui pourrait affecter plus sévèrement le bâtiment.

 

Peinture ou enduit abîmé

 

Les peintures peuvent se décolorer sous l'action des rayons UV, sur les façades les plus exposées au soleil.

 

Les enduits et les peintures peuvent également se craqueler ou se gondoler sous l’effet d’une infiltration d’eau. Là encore, un défaut général de gestion de l'humidité est à surveiller.

 

Les décollements peuvent aussi être le résultat d'une faute de mise en œuvre du revêtement extérieur.

 

Traces de ruissellement

 

Lorsque le revêtement d'imperméabilité est dégradé, la façade s'encrasse très rapidement. Le long des chemins de ruissellement, les traces noirâtres apparaissent et donnent un aspect négligé et vieillissant à l’enveloppe du bâtiment.

 

La qualité des joints doit être surveillée de très près. Ils peuvent avoir été mal posés ou avoir subi les dommages du temps. Dans les deux cas, leur remplacement est indispensable à la préservation de la façade.

 

Usure prématurée de la façade du bâtiment

 

Les désordres esthétiques ont parfois une cause mécanique plus inquiétante pour la durabilité du bâtiment. Une dégradation en entraîne une autre jusqu’à rendre la construction impropre à l’usage. Déceler rapidement les premiers signes de pathologies sur la façade permet de couper court à l'escalade de dommages.

 

Façade en pierre de taille, en pierre tendre, en moellons ou en bois ravalé au plâtre, façade porteuse ou dissociée, moderne ou classique… Tous les styles présentent des défaillances caractéristiques selon les époques de construction et la prédominance de certains matériaux et méthodes.

 

L'usure prématurée des façades de bâtiments modernes

 

D’une manière générale, les façades qui enveloppent la structure primaire sont pensées pour accompagner ses performances et allonger sa durée de vie. Les façades modernes se caractérisent ainsi par des murs-rideaux et la mise en œuvre de panneaux préfabriqués conçus pour renforcer les qualités techniques du bâtiment. Toutefois, ces constructions ne sont pas exemptes de manifestations d’usure prématurée, notamment au niveau :

 

 

Ces dégradations progressives ouvrent la voie aux risques d'infiltrations d’eau pouvant endommager durablement la structure du bâtiment. Les défauts d'étanchéité se manifestent par :

  • le développement de moisissures ;
  • la formation de traces de salpêtres ;
  • le décollement des éléments de parement ;
  • effritement des ciments…

 

L’eau gagne progressivement du terrain au sein de l’ouvrage défaillant. Dans cette situation, une phase de traitement s'impose avant toute opération d'ordre esthétique. L'entretien régulier de la façade permet de déceler les premières failles et de les combler avant qu’elles ne mettent en péril le fonctionnement du bâtiment.

 

Performances énergétiques insuffisantes de la façade existante

 

L’eau n’est pas le seul élément à s'infiltrer à travers les failles du revêtement extérieur. Les défauts d'étanchéité exposent l'intérieur du bâtiment aux variations de températures extérieures. En conséquence, les espaces deviennent difficiles à chauffer en hiver. En période de fortes chaleurs, les volumes intérieurs montent tout aussi rapidement en températures.

 

Dans ce cas de figure, une rénovation efficace permet d’améliorer le confort des usagers et de réduire la facture énergétique de l’établissement. Pour aller plus loin, le projet peut inclure la pose d’un bardage extérieur. Cette structure, agissant comme une seconde peau, vient renforcer les performances de la construction. Cette action complémentaire dans le cadre d’un plan de rénovation lourde, peut tout aussi bien être envisagée pour améliorer l'efficacité thermique d’un bâtiment sain.

 

Acodi, fabricant concepteur de façades extérieures contemporaines, propose des bardages à l'esthétique soignée et aux performances énergétiques élevées. Ces solutions métalliques et composites améliorent l'isolation thermique des bâtiments. Posés à l’extérieur, ces bardages ventilés valorisent le bâtiment sur tous les plans : aspect, résistance, durabilité et performances.