5 façades de bâtiments modernes iconiques et remarquables

5 façades de bâtiments modernes iconiques et remarquables

Publiée le mardi 27 juillet 2021

L’évolution du Mouvement moderne suit le cours de la Grande Histoire et des quêtes personnelles menées par des architectes précurseurs dans leur domaine. Retour sur une sélection de 5 bâtiments qui ont marqué l’architecture moderne et impulsé la dynamique des façades contoporaines que nous connaissons aujourd’hui.  

 

Qu’est-ce qu'un bâtiment moderne ? 

Difficile de dater avec précision la naissance du Mouvement moderne. Le premier tiers du XXe voit éclore des mouvements d'avant-garde comme le Bauhaus et ses héritiers qui se développeront un peu partout en Europe occidentale et en Amérique du Nord. Les concepts architecturaux seront marqués par les grands épisodes tragiques de l’histoire et affinés par les recherches de l’après modernisme jusqu’à la fin du XXe. 

 

 

1 - La Maison Steiner : « Nous avons vaincu l’ornement »  

Remontons aux premières constructions emblématiques du Mouvement moderne au tout début du XXe siècle. « Ce qui fait justement la grandeur de notre temps, c’est qu’il n’est plus capable d'inventer une ornementation nouvelle. Nous avons vaincu l’ornement : nous avons appris à nous en passer », expliquait Adolf Loos, ardent défenseur du dépouillement intégral dans l’architecture moderne. La Maison Steiner à Vienne, achevée en 1910, tire son nom de ses commanditaires : Hugo et Lily Steiner. Cette construction a permis à l’architecte autrichien d’affirmer pleinement ses principes : 

 

  • la symétrie de façade ; 
  • l'opposition entre l’extérieur, qui se veut anonyme, et l'intérieur qui est le « lieu de distinction » ; 
  • la recherche du « plan volume », ou Raumplan, qui consiste à éliminer le superflu pour s’attacher au volume. 

  

En somme, les volumes sont déterminés par les différentes fonctions et significations des pièces. Il en résulte des structures complexes, élaborées par soustraction ou addition de volumes simples. 

  

2 - La Villa Savoye, icône du modernisme 

  

Entre 1908 et 1909, Le Corbusier s'initie à l'utilisation du béton armé auprès des frères Perret. Notons qu’une quinzaine d'années plus tard, Auguste Perret s'illustrera dans un manifeste radical avec la construction de l’église de Raincy, nommée « Sainte Chapelle du béton armé ». Au même moment, Le Corbusier entame une série de publications théoriques développant des notions qui seront concrétisées en 1929 avec la Villa Savoye. Il s’agit des principes fondamentaux du Mouvement moderne qui découlent de l’emploi du béton armé : 

  • pilotis ; 
  • toit-jardin ; 
  • plan libre ; 
  • façade libre ; 
  • fenêtres en longueur. 

  

Ces Cinq Points d’une architecture nouvelle, développés à l'invitation du Werkbund, association œuvrant pour l'innovation dans les arts appliqués et l'architecture, seront mis en œuvre dans de nombreux projets postérieurs. 

  

3 - La maison Kaufmann, dite « Maison sur la cascade » 

  

Nous sommes toujours dans l’entre-deux-guerres, aux États-Unis et plus précisément en Pennsylvanie. Alors que le New Deal se développe, Frank Lloyd Wright élabore les principes de la maison individuelle « usonienne ». Un terme issu de la fusion de deux notions : celle d’utopia et d’organic social order, qui doivent accompagner le développement de l’habitat social dans le respect du site d’implantation et des matériaux locaux. 

  

Construite entre 1934 et 1937, la maison Kaufmann est remarquable au premier coup d'œil par son emplacement atypique. Rendu célèbre à travers le monde par des photographies impressionnantes, le bâtiment siège paisiblement sur la cascade, au milieu des feuillages dans la gorge de la montagne. Selon les termes de Frank Lloyd Wright, Fallingwater s’écoute, « de la même façon dont vous écoutez le calme de la campagne ». L’extérieur du bâtiment joue sur les contrastes rythmiques entre les matériaux : du béton blanc, des briques et des pierres locales. 

  

4 - Seagram building, témoignage du « Less is more » de Mies Van Der Rohe 

  

Le verre habite l’esprit de Mies Van Der Rohe dès ses premiers projets de maison individuelle pensés dans les années 1920. Près de 30 ans plus tard, il donne vie au principe de la boîte de verre sur pilotis avec La Maison Farnsworth. 

  

Un concept architectural qui sera rapidement appliqué à l’échelle du gratte-ciel. Construit entre 1954 et 1958, le Seagram Building amorce une trame unique de verre et de métal dressée sur pilotis. Aucun élément rythmique ne vient troubler la continuité de cette trame symbolique du monde industriel et contemporain. 

  

5 - Musée de Bregenz, transparences au bord du Lac de Constance 

  

L’architecte Peter Zumthor marque la fin du XXe siècle d’une empreinte sensible et lumineuse. Les textures et matériaux translucides gagnent les façades dans une recherche à la fois minimaliste et sophistiquée sur les formes les fonctions de l’édifice. 

  

« Je pense que c’est l’émotion et l'inspiration qui donnent naissance à la substance fondatrice propre de l’architecture », confiait l’architecte dans la décennie qui suivit la construction du Musée de Bregenz, en Autriche. Surnommé la « lanterne de verre », le volume cubique est recouvert de panneaux légèrement opaques qui réfléchissent une partie de la lumière naturelle, pour ne laisser entrer que celle nécessaire à l'éclairage des salles d'exposition. La nuit tombée, ce sont les éclairages internes qui habillent les 4 façades symétriques du bâtiment.  Un incontournable des bâtiments modernes dans le monde !